gradient

CLIQUE N’IMPORTE OÙ ECHAP (ESC) POUR QUITTER

LES SIESTES ELECTRONIQUES | Le succès de la différence


Par , publié le 30/06/15 à 01:06  |  501  lecture(s)

Une question d’âge ? Il n’y a pas d’âge pour faire la sieste ! Les siestes Electroniques existent depuis maintenant 14 ans à Toulouse et fêtent leurs 5 ans sur Paris. Tous les étés, laissez vous aller et optez pour des siestes musicales de luxe en plein air. Bienvenue aux Siestes Electroniques 2015

Partager
Tweeter

Rob-141

| Le concept

La nouvelle saison a déjà bien commencé, c’était ce weekend que les Siestes Electroniques se tenaient à Toulouse. Le Jardin de Compans Cafarelli s’est transformé en une scène géante en pleine ébullition. Un premier event 2015 à la hauteur du projet atypique que sont les SE.
En effet, à la différence des festivals musicaux « classiques », aux Siestes on opte pour un cadre d’écoute privilégié. Quoi de mieux qu’un jardin luxuriant ou le théâtre de verdure du musée du Quai Branly pour apprécier les concerts un à un. 

Parce qu’une sieste ne laisse pas de place au doute et à la panique, pas question d’hésiter. Dans ces jardins d’Eden, tous les projets musicaux sont à valeur égale et la même musique est disponible partout dans les espaces pour une écoute en véritable communion.

| Incontournables rendez-vous de 2015

Pour ceux qui auraient assisté le weekend dernier aux Siestes Electroniques à Toulouse, vous avez remarqué que la programmation est restée secrète juste avant son ouverture. Loin d’être une simple lubie, cette année, les organisateurs ont voulu s’assurer de l’amour de leur public si fidèle depuis le début. Verdict ? Une véritable réussite surtout si on jette à nouveau un oeil aux différents line-up qu’ils ont su réunir !

Assurément rebelles jusqu’au bout des ondes, l’objectif des siestes n’est ni d’être hype ni de choisir un line up malin dans le but d’attirer les foules de hipsters férus de musique électronique. La sieste peut s’avérer de temps à autre coquine. Les Siestes Electroniques veulent nous faire jouer avec l’excitation de la découverte, la révélation qui nous tombe sur le coin de la figure, qui nous stimule et nous donne envie de la partager avec le plus grand nombre.

Les Siestes Electroniques sont finalement une invitation à la surprise. Parfois cette surprise pourra se transformer en déstabilisation. Mais peu importe, une très belle brune française, rebelle dans son genre, a dit un jour qu’ « oser déplaire est le meilleur moyen de plaire ». L’amour du partage de la musique est sans doute le fil rouge de ce festival. Résultat nous on y sieste, tant à Toulouse qu’à Paris. Le rendez-vous est pris ! 

Pour la petite info : « Les Siestes Électroniques permettent de valoriser la réserve musicale du musée, de la rendre accessible au grand public mais aussi d’amener des artistes à renouveler leurs pratiques de création, leurs sources d’inspiration, au moyen d’un répertoire original ».

 » Nous vous rappelons que les artistes invités au Quai Branly joueront à partir du fond ethnomusicologique du Musée « 

PARIS (Edition 2015 – Terminée)
Le 5 juillet : Aïsha Devi & Eric Chenaux (lives)
Le 12 juillet : Stephen O’Malley & Jéricho (dj sets)
Le 19 juillet :  Aymeric de Tapol & Animaisons (Dj sets)
Le 26 juillet : Le crew Ed Wreck & Para One (Dj sets)
Le 02 août :  Zaltan (Dj set) & Frànçois and The Atlas Mountain (live)

@ Musée du Quai Branly

www.les-siestes-electroniques.com

SE_Article-2

Rob-16

SE14-23

SE_Article-4

11012892_10153503082514009_8495085496960881002_n


article similaire

publicité