gradient

CLIQUE N’IMPORTE OÙ ECHAP (ESC) POUR QUITTER

OLOW | FEITO EM – La nouvelle collection PE15


Par , publié le 28/04/15 à 01:04  |  127  lecture(s)

Partager
Tweeter

olow_feitoem_PE15_article1

Alors que le printemps est désormais bien installé, nous vous présentons aujourd’hui la nouvelle collection Printemps/Eté 2015 de OLOW. Cette année, le Portugal est à l’honneur, avec une ligne de produits entièrement produite à Braga. Interview des fondateurs…

| OLOW – Une saison hybride

Avec l’envie de faire voyager ceux qui les portent, Mathieu Sorosina et Valentin Porcher, les deux créateurs de OLOW, s’inspirent de leurs périples et de ceux qu’ils rêvent de faire. Si nature et authenticité sont toujours au rendez-vous, la collection Printemps/Eté 2015 s’annonce un brin plus hipster et streetwear que les précédentes. Le résultat ? Une collection qui respire le sable chaud, les embruns et l’océan pour notre plus grand plaisir.

Les amateurs de sweats, tee-shirts et jerseys seront ravis de l’allure casual et décontractée des modèles proposés. On ose l’imprimé tropical à base de palmiers et de noix de coco, un brin sauvage et tellement cool. Bleu marine, gris chiné ou écru ; la palette de couleurs reste naturelle et sobre mais toujours délicate.

olow_feitoem_PE15_article5

| OLOW – Un concept / L’interview des deux fondateurs

Derrière les fringues, Olow est un concept à part entière qui se veut fidèle à ses valeurs d’éthique, de proximité et d’indépendance. Toujours en recherche de nouvelles inspirations, la marque s’associe régulièrement à des artistes internationaux pour la création de motifs, d’illustrations et la conception d’univers picturaux originaux.

1 / La mode est au « Made in France », vous misez plutôt sur le « made in UE » voire « made in Portugal » pourquoi ce choix ?

Nous travaillons avec le Portugal depuis sept ans. Avant même que la mode soit au « Made in France » nous étions déjà sur du « Made in UE ». À l’époque il n y avait pas tout ce ‘tapage’ autour du « Made in France ». Nous avons décidé de rester au Portugal pour de multiples raisons. Il n y avait aucune raison pour que nous mettions un terme aux relations que nous avons avec nos fournisseurs. Nous entretenons avec eux des relations bien plus que professionnelles. Le Portugal nous permet aussi d’avoir des prix inférieurs par rapport à la France pour une qualité équivalente ce qui engendre des prix de ventes plus abordables et donc plus accessibles pour nos clients.

2 / Que pensez-vous des marques qui se disent bio ou « green » ?

Faire du bio ou du green à l’heure actuelle est très respectable. Encore que le bio soulève certaines questions. Avec le Portugal, on pourrait très bien faire du coton bio mais il vient de très loin. L’acheminement de celui-ci n’est pas sans impact sur l’environnement. Pour pouvoir travailler sur du bio il y a un énorme travail de recherches, de processus et de traçabilité. Patagonia le fait plutôt bien en utilisant de la fibre recyclé et en développant de nouvelles matières. Aujourd’hui nous n’avons pas les reins assez solides pour faire pareil. Et il n y aurait aucun sens à sortir seulement des t-shirts bio, si on part la dedans ce serait sur des lignes entières.

3 / Olow a beaucoup de points de vente dans différents pays, à quand votre propre flagship ? Est-ce un objectif pour la marque ?

C’est une question à laquelle nous avons beaucoup réfléchie. Le marché du textile est actuellement dans une période de crise et ouvrir une boutique dans le contexte actuel n’est vraiment pas une bonne idée. Une ouverture aujourd’hui engagerait beaucoup trop d’investissement d’un seul coup, chose que nous ne pouvons pas nous permettre. Bien sûr c’est quelque chose que l’on garde dans un coin de notre tête mais si ça arrive un jour ce ne sera pas un simple magasin « basic » mais plus un « lieu » ou s’entremêleront nos différentes passions.

4 / A quand une collection femmes ?  J

Ce n’est pas dans nos priorités car l’offre de vêtement pour la femme est aujourd’hui arrivée à saturation. Elles sont beaucoup trop sollicitées. Si on doit un jour faire la femme on voudrait la faire en totalité. Sur une collection entière. Malheureusement aujourd’hui nous n’avons pas les compétences nécessaires. On se concentre sur l’homme ce qu’on fait depuis 10 ans.

OLOW
E-Shop | Site | Facebook | Twitter

olow_feitoem_PE15_article3

olow_feitoem_PE15_article2

olow_feitoem_PE15_article4

olow_feitoem_PE15_article6 


voir aussi

publicité