gradient

CLIQUE N’IMPORTE OÙ ECHAP (ESC) POUR QUITTER

ENTRE || VUES avec TOYS


Par , publié le 27/02/14 à 04:02  |  596  lecture(s)

Partager
Tweeter

À l’occasion de notre nouveau projet, nous sommes allés à la rencontre du très prometteur duo électro parisien TOYS. Au programme : une Introduction par la vidéo, une Interview racontée par les mots et une Illustration par la photo. Le nouveau projet ENTRE || VUES est lancé…

| Introduire par la Vidéo – TOYS, l’ambiance

Avec un EP à leur actif, plusieurs nouveaux morceaux qui arrivent et des remixes qui s’enchainent, nous souhaitions nous rapprocher de l’univers artistique de Bastien et Paul et découvrir leur environnement de travail. Synthétiseurs, consoles MIDI empilées, boites à rythmes usées, le studio de TOYS c’est un peu le reflet de leur identité sonore : un savant mélange auditif parfaitement ordonné…

| Raconter par les Mots – TOYS, pour de vrai

Après notre passage dans leur studio, on décide de se poser dans un endroit qu’ils fréquentent chaque jour, chaque semaine. Commande passée, cacahuètes servies on peut y aller…

1 | Bastien, Paul, merci à tous les deux de nous avoir accueillis tout à l’heure dans votre studio. On vous a demandé de choisir un lieu pour cette interview. On y est, alors pourquoi ce choix, une raison particulière ? 

Pas du tout, en fait on est pas du quartier à la base, on habite dans 18ème sauf quand on est ici pour bosser au studio. C’est un peu le rendez-vous du matin pour un café et le rendez-vous du soir pour la bière – le bar est sympa, on connait tout le monde donc c’est un peu la maison ici…

2 | Parlons directement de votre musique, en quelques mots vous la décrivez comment ?

Paul – On peut dire que c’est clairement de la musique électronique… après c’est plein d’influences qui se retrouvent. C’est souvent une question compliquée…
BastienCe qui se ressent dans notre musique c’est plus de la technique que de la vraie influence musicale parce que Paul vient plus du jazz et moi plus du Hip Hop mais au final on a écouté les mêmes musiques quand on était plus jeunes et on écoute les mêmes groupes maintenant. On n’est pas trop influencé par la musique électronique en elle-même.
PaulC’est vrai que, quand on a commencé le projet il y a maintenant 4 ans, on n’avait pas une volonté particulière de faire un style de musique spécifique, on se disait plutôt :  » voyons ce qui marche et ce qui matche et on verra après « . Ça s’est fait assez naturellement au bout du compte.
BastienOui et tout ça se retrouve dans le son de TOYS qu’on crée depuis deux ans. TOYS c’est des influences Ghetto Pop/Electronique: mélanger un gros beat un peu ruff et crade avec des textures pop plus ouvertes.

3 | TOYS, c’est aussi une vraie identité artistique dans vos clips, c’est évident. Il y a eu NOISE en sept. 2012, WE ARE en juin 2013 et HEY BOY en déc. 2013. Pour TOYS, faire un clip c’est quoi, ça se passe comment au final ? 

Paul – C’est surtout collaborer un maximum avec les personnes du métier. Nous, on ne tient pas la caméra.
BastienPour NOISE et WE ARE, on les a fait nous-même alors que pour HEY BOY on nous a contacté. C’est à chaque fois beaucoup de travail , on aime s’occuper de beaucoup de choses sur la prod.
PaulOui, pour les deux premiers clips NOISE & WE ARE, on les a produits dans le sens où on s’est vraiment investi dans l’écriture, le découpage, l’idée et la production/réalisation, on a été présents du début jusqu’à la fin.
C’est un truc qu’on adore, et dans le projet pop qu’est TOYS c’est un aspect indéniable et presque aussi important d’avoir une identité visuelle et sonore, c’est vraiment complémentaire. C’est important de maitriser ce truc là, surtout aujourd’hui… On ne pourrait pas sortir un clip qui ne nous corresponde pas.

4 | On fait un focus sur votre dernier clip HEY BOY : on y trouve le lifestyle urbain avec le skate, le graffiti ou le break. C’est un peu votre univers ça aussi ?

BastienC’est clair, évidemment ! c’est le style urbain qu’on adore et qui nous caractérise. Ce qu’on trouve intéressant est le côté peu ruff et brut de l’urbain. Dans HEY BOY, c’est l’idée aussi du FREE et de dire «avance et vis de ta passion». On peut facilement s’identifier aux personnages du clip et c’est vrai qu’on se retrouve, nous, un peu la dedans oui c’est sur…

5 | Sur le Live, vous étiez quatre, maintenant vous êtes deux. TOYS version (2.0) ça donne quoi ?

PaulOn est sur une configuration à deux… pour de simples questions d’organisation et de facilité à travailler. On avait une volonté de faire de nouvelles choses en live et à deux, c’est l’occasion de proposer un set plus light qui nous permettra de jouer plus facilement dans des endroits plus restreints, plus confinés.
BastienL’idée d’être à deux est venue aussi avec les prochains titres qui vont sortir : 4 nouveaux titres sous la forme de 2 EP. Ces morceaux là, plus légers et plus intimistes, justifient moins d’être quatre que deux.
PaulOui sur le prochain EP les titres seront davantage épurés avec moins de couches, pas de vraie batterie et beaucoup de boites à rythme.  Le vrai challenge c’est donc d’essayer d’avoir le moins de boucles possibles et d’injecter le plus de spontanéité.

         > Vous allez donner une couleur particulière et adapter vos tracks pour le live ?

Bastien –  Justement, oui on est entrain de réarranger les titres pour les rendre plus boostants ou plus simples et sombres ou tout simplement les garder tels quels. On va adapter pour que ça matche avec notre set à deux…

         > Vous n’avez pas fait beaucoup de concert/live, pourquoi ? c’est volontaire ? 

BastienL’idée c’est d’avoir un Live qui matche à notre musique, c’est le plus important pour nous. Avec le nouveau Live et le nouvel EP, on pourra jouer dans des configurations hybrides. On ne veut pas jouer partout mais surtout jouer dans des lieux qui correspondent au projet.
On a jamais boycotté de dates mais on prend le temps de bosser pour avoir de vraies conditions… et pour le public surtout…

On est perfectionnistes et l’année passée on a eu beaucoup de projets, qui se sont réalisés, on préfère faire les choses bien étape par étape. 

6 | On a écouté plusieurs remixes que vous avez produit. Une collaboration pour un remix ça se passe comment généralement ?

BastienC’est hyper simple, tu aimes le morceau, tu chopes le contact (ndlr) et c’est réglé !
PaulÇa émane de tout le monde, soit de nous, soit du groupe. Le truc le plus dur c’est de valider quelque chose. Se fixer une deadline est essentiel, c’est vraiment important pour aussi s’imposer à soi-même un cadre.
BastienC’est aussi à nous de fixer un cadre en tant que producteurs/remixeurs. Tout remix s’inscrit dans une cohérence des artistes qu’on remixe. C’est un bon exercice. Il faut rentrer dans la charte de l’artiste au bout du compte, putcher le truc au bon moment.

INFO en exclu – Une collaboration avec un groupe étranger ainsi que plusieurs tracks pour 2014 #staytuned

7 | Parlons un peu de vous, on s’intéresse aussi à d’autres sujets sur GRADIENT. Un photographe qui vous a marqué, une marque de fringues que vous kiffez ou une expo que vous avez vu récemment ?

Blanc… la question à ne pas poser.

PaulAh oui, La dernière expo Martin Parr au Jeu de Paume qui m’avait un peu tordu, j’avais adoré mais ça date un peu je crois…
BastienLa dernière expo était sur la voix à la Cité des Sciences (…) bof mais cool. Mais en vrai de vrai, on fait pas grand chose à part aller en concert malheureusement.
En photo par exemple, Ah oui !  Moi ma photographe qui me fait halluciner c’est la photographe Nan Goldin, cette artiste a une manière tellement simple de shooter un instant de vie, une bonne vibe. Notre travail c’est un peu dans la même idée…
PaulPour la photo, je vais très régulièrement sur un blog qui s’appelle FFFFFFOOUUNNDD avec pleins de trucs stylés. Mais ça demande du temps tous ces trucs… (nldr).

8/ Pour terminer notre échange, le défaut de chacun c’est quoi ? (ndlr)

BastienPaul est tout le temps en retard !!
PaulJ’ai en moyenne une demi-heure de retard tous les matins c’est vrai (rires…) Sinon le défaut de Bastien, je trouve qu’il pue de la gueule ! À mon avis ça peut te foutre en l’air une collab – non c’est pas vrai…
BastienOn se prend jamais la tête à vrai dire. Au delà de TOYS, on est surtout des potes. Il n’y a pas d’embrouilles, pas de trucs de fond. C’est très simple au bout du compte entre nous.
PaulSi on revient en arrière, au début c’est vrai qu’on se croisait en mode « potes » et puis on s’est vite rendu compte que ça matchait bien et dans la musique ça s’est fait facilement et naturellement. Le résultat c’est le projet TOYS…

Merci à tous les deux, vraiment cool et intéressant de vous avoir rencontrés…
__________________

Pour info, le remix de Breton sort dans les prochains jours  – Les morceaux du prochain EP vont arriver au compte goutte avec des clips – Le tout sera regroupé sur un vinyle au Printemps qui va compiler tout le travail des derniers mois. Donc 3 singles qui arrivent et 3 clips qui sont en cours de production…

Merci encore à TOYS, on note la lucidité et la rigueur qu’ils souhaitent injecter au quotidien dans leur projet, c’est définitivement le duo électro parisien qui a un bel avenir devant lui. #staytuned

| Illustrer par la Photo – TOYS, en instantanés

GRADIENT_TOYS_01

GRADIENT_TOYS_05

GRADIENT_TOYS_04

GRADIENT_TOYS_03

GRADIENT_TOYS_02

GRADIENT_TOYS_06

Merci à TOYS
Merci à toute l’équipe GRADIENT pour ce premier volet (#1) du nouveau projet ENTRE || VUES

Crédits | Une production GRADIENT

Photographie/Video – Lénaïc Gouirriec
Post-prod/Montage – Guillaume Quérré (Guiggs)
Audio/Video/Interview – Souleiman Bacar
Interview et propos recueillis – Alexandre Puget


voir aussi

publicité