gradient

CLIQUE N’IMPORTE OÙ ECHAP (ESC) POUR QUITTER

Du graffeur à l’artiste | La rencontre avec NASTY


Par , publié le 14/12/12 à 08:12  |  858  lecture(s)

Partager
Tweeter

Considéré comme l’un des artistes graffeurs les plus prolifiques et reconnus en France, on s’est penché sur l’histoire de NASTY, artiste graffeur parisien, à l’occasion de son nouveau projet en association avec la marque BURN. A découvrir dans la suite…

// Le métro parisien comme point de départ

Parisien de souche et éternel passionné par le mouvement hip hop, c’est en puisant dans la bible du street art « Subway Art » que NASTY commence à faire grandir son art de la rue. C’est à  l’âge de 13 ans en 1988, qu’il se fait connaître avec ses graffs sur les métro aux quatre coins de la capitale. Après avoir rejoint le collectif AEC (Artiste en Cavale) en 1990, c’est en 1992, qu’il expose pour la première fois sur Paris et entame ainsi le réel développement de son art. Une autre exposition en 2000 et sa présence en 2009 au Grand Palais à l’occasion du « TAG parfait » qu’il arrive à s’imposer comme un artiste-graffeur crédible et talentueux.

// Sa vision sur le graffiti, du simple vandalisme aux galeries d’art

C’est en visionnant le documentaire ARTE (Partie 1/2 et Partie 2/2) qui lui a été consacré en 2010, que l’on comprend sa vision et les raisons de ses oeuvres urbaines. « […] une manière de se distinguer, une façon de laisser sa trace tout en respectant le côté éphémère de la ville […] c’est un peu ça la vision de NASTY. Ce n’est pas la technique qui fait le graff mais bien la complexité des couleurs, l’harmonie et le jeu avec la Lettre qui sont importants.

NASTY, c’est des oeuvres simples mais compliquées de par leurs compositions. Il sublime la Lettre pour dénoncer, surprendre et se distinguer. Il décide depuis deux, trois ans de se montrer dans des galeries, une manière pour lui de se confronter à une autre forme de support et d’environnement. « […] Le travail sur toile est pour moi une autre forme de reconnaissance, un support nouveau, un public plus critique […] ».

// Un nouveau projet, sa collaboration avec la marque BURN

L’association avec la marque BURN avec un ALL-OVER sur la canette montre bien la volonté artistique de NASTY, voulant toujours repousser les limites et les supports pour son art. Le respect total de sa création était centrale dans cette collaboration avec un résultat réussi, innovant et avant-gardiste. C’est la première fois qu’une marque s’associe avec un artiste graffeur et les vidéos du making off reflètent bien l’image de cette collaboration.

NASTY x BURN – Le making Off

Aperçus photographiques – NASTY x BURN

(ARTICLE SPONSORISÉ)


voir aussi

publicité